L'industrie automobile marocaine est sur une tendance à la hausse en 2021, après avoir connu un ralentissement induit par le Covid-19 pendant une grande partie de l'année 2020. Maintenant, de retour sur une voie optimiste, le secteur automobile est prêt à accélérer la croissance de la fabrication et de l'exportation de véhicules, ce qui en fait un aimant pour les meilleurs talents du pays.

L'industrie automobile a été témoin de nombreux changements en matière d'embauche en 2020 et 2021 pour faire face à la rapide croissance attendue. Le potentiel du Maroc à figurer sur la liste convoitée des 15 premiers pays producteurs de véhicules dans le monde a fait de son secteur automobile la cible de tous les regards. Le Maroc est sur le point d'atteindre son objectif : produire 1 million de véhicules par an d'ici 2025, rapporte The North Africa Post en août 2021. 

De plus, le gouvernement marocain a injecté à l'industrie un soutien et des mesures visant à promouvoir l'expansion et les exportations (notamment en augmentant les IDE (investissements directs à l'étranger), en supprimant les taxes prohibitives et en signant des accords de libre-échange). Dynamisé par ce soutien gouvernemental, le pays se positionne également en tant que pionnier en matière de fabrication de véhicules électriques, dans l’objectif de concurrencer les leaders actuels, la Chine et l'Inde. Le Maroc exploite une ligne de production de puces automobiles dans ce but, rapporte Africa Business Pages. 

Toute cette excitation et cette activité trépidante dans l'industrie automobile constituent une bonne nouvelle pour la recherche de talents, selon Samia Benchekroun, directrice exécutive de Michael Page Afrique. « Même pendant sa croissance la plus lente au plus fort de la pandémie, les départements de recherche et développement et les départements de test des véhicules avant importation ont continué à embaucher des talents. Leurs cycles de projet sont plus longs que ceux des autres départements, car ils travaillent sans relâche vers un avenir lointain. Leur travail n'a donc pas été particulièrement affecté par la pandémie. »

Les locaux ont la priorité

Cependant, la pandémie a généré de grands changements dans le secteur automobile, qui cherche désormais de plus en plus à embaucher sur son propre terrain, explique Mme Benchekroun. Les contrats des expatriés sont remplacés par des talents locaux. Cela a représenté une mauvaise nouvelle pour le secteur de l'embauche, dans l'ensemble, avec des expatriés qui étaient restés au Maroc pendant 3 ans, voire 10-11 ans, et qui sont partis à la fin de leur contrat. « L’aspect positif de cette situation est que les talents locaux ont eu plus d’opportunités », souligne Mme Benchekroun. 

Améliorer les compétences et la formation

« Les Marocains sont forts en matière de connaissances et d'expertise techniques. Cependant, ils ont besoin de soutien en matière de gestion et de leadership, et c'est là que les talents expatriés interviennent généralement. Aujourd'hui, de plus en plus d'opportunités sont offertes aux locaux dans le domaine de l'encadrement supérieur, ce qui permet d'affiner les compétences des Marocains », remarque Mme Benchekroun, ajoutant qu'elle a vu davantage de locaux occuper des postes d'encadrement supérieur l'année dernière.

Un œil sur les postes de direction

Les Marocains sont les mieux placés pour occuper des postes de direction. Ils ont également prouvé qu'ils étaient capables de gérer habilement des responsabilités de leadership, et cela a ouvert un champ d'opportunités aux Marocains de talent. Ce changement indique également le retour des locaux qui avaient quitté le pays à la recherche de pâturages plus verts. Certains d'entre eux peuvent avoir besoin d'une formation ou d'une requalification pour assumer des rôles de direction. C'est là que le secteur de la formation doit intervenir. Et il l'a fait. Rien qu'en 2021, jusqu'en août, 40 000 heures de formation ont été dispensées dans le secteur automobile par le biais de partenariats avec des universités. 

« Les responsables du recrutement devront s'aligner sur les exigences de l'industrie automobile en matière de talents locaux, et faire un effort supplémentaire pour répondre aux besoins de recrutement », explique Mme Benchekroun. Les postes les plus demandés sont ceux de directeur du contrôle de la production et de la logistique, d'ingénieur recherche et développement, d'ingénieur qualité, de directeur d'usine et de directeur des achats. Il convient de noter qu'il s'agit de postes de haut niveau, comme ceux que nos équipes de Page Executive et Michael Page ont activement cherché à pourvoir avec leurs clients au cours de l'année écoulée.

En effet, c'est un tournant passionnant dans le recrutement, avec le potentiel constitué par de nombreuses grandes opportunités pour l'économie marocaine. Apprenez-en davantage sur nos services de recrutement et contactez-nous pour que nos consultants puissent vous aider à recruter les meilleurs talents au Maroc.

Join over 80,000 readers!
Receive free advice to help give you a competitive edge in your career.