Le COVID-19 n'est pas terminé. Mais il est juste de dire que les entreprises du Maroc apprennent à vivre avec. Qu'il s'agisse de confinement, de restrictions de voyage, d'heures de couvre-feu ou de campagnes de vaccination, de nombreuses entreprises sont retournées de manière complète ou partielle dans leurs bureaux, accueillent de nouvelles recrues et ont relancé des programmes de développement du personnel qui avaient été mis en veilleuse au début de la pandémie.

Il va sans dire que certains professionnels ont eu des difficultés l'année dernière, car le confinement, l'isolement dû au travail à distance, l'insécurité de l'emploi et les craintes pour la santé ont fait des ravages. Et comme il n'y a pas de vaccin contre les problèmes de santé mentale, si vous voulez attirer les meilleurs talents, vous devez vous assurer que votre culture est favorable et que vous avez mis en place des politiques axées sur le bien-être.

Pour vous aider à atteindre ces objectifs, Michael Page a interrogé 145 candidats au Maroc, de la mi-mai à la mi-juillet 2021, afin de savoir comment ils ont fait face à la pandémie et comment, selon eux, les employeurs peuvent soutenir le personnel à l'avenir.

Comment les candidats ont fait face à la pandémie

Tout n'est pas sombre : lorsqu'on leur a demandé de résumer leur humeur en un seul mot, près de neuf candidats sur dix ont répondu positivement. Le mot « confiant » a été le choix le plus populaire, suivi de « motivé » et « plein d’espoir », ce qui suggère que de nombreux professionnels ont surmonté les moments difficiles.

Plus de la moitié des candidats à l'emploi (53 %) nous ont dit n'avoir ressenti aucun symptôme négatif (comme un sentiment de stress, d'anxiété ou de frustration, une perte de poids, une diminution du sommeil, etc.) en raison de la crise du Covid-19. Alors que 22 % d'entre eux déclarent ne pas travailler à domicile ou à distance, 60 % de ceux qui travaillent à distance disent ne pas se sentir seuls. Ces résultats ne sont pas surprenants - notre enquête en 2020 a montré que les professionnels marocains souhaitent un mélange de travail à distance et de travail au bureau. Plus de la moitié de nos répondants s'attendent à ce que l'un des résultats les plus importants de la pandémie soit que les entreprises mettent en œuvre des politiques de travail flexibles, telles que des possibilités de travailler à distance ou d'avoir des horaires flexibles, de fournir des appareils, etc.

Comment les entreprises marocaines abordent-elles la santé mentale sur le lieu de travail ? 56 % des candidats estiment que leur responsable fait preuve d'empathie et de compréhension à l'égard de leur santé mentale. En ce qui concerne le niveau d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, 58 % des candidats ont répondu qu'ils ne voyaient pas de changement. Toutefois, 35 % d'entre eux déclarent ressentir une plus grande pression à l'heure actuelle, et 34 % se sentent découragés de ne pas être reconnus à leur juste valeur pour leur travail.

Dans notre enquête, les candidats à l'emploi ont indiqué que leurs principales stratégies d'adaptation étaient de rester en contact avec leurs amis et leurs proches (54 %), de faire de l'exercice (50 % des répondants), de rester concentré sur leur travail afin d'accroître leur efficacité au travail (47 %) et de manger sainement (44 %).

Mieux se reconstruire

Alors que certains employés se sentent sous pression, que font les entreprises pour répondre aux problèmes de santé mentale ? La plupart de nos répondants (69 %) ont déclaré que leur entreprise actuelle ou ancienne ne communiquait pas sur la santé mentale, et 65 % qu'aucune action ni d'événement n'était organisé pour prendre soin de la santé mentale des employés. 

Ces résultats sont légèrement surprenants compte tenu du niveau de volonté des candidats à parler de la santé mentale. Ils sont beaucoup plus susceptibles d'aborder le sujet avec les membres de leur famille (85 % des répondants), les médecins ou les professionnels de la santé mentale (81 %) et les amis (73 %). En comparaison, 52 % des candidats interrogés ont déclaré qu'ils se sentaient en confiance pour parler de leur santé mentale avec leur service des ressources humaines, 45 % avec leur directeur et 44 % avec leurs collègues, ce qui suggère qu'il existe encore une certaine stigmatisation liée à ce sujet sur le lieu de travail.

Pour finir, les demandeurs d'emploi ont quelques conseils à donner aux employeurs pour créer une culture organisationnelle qui accorde la priorité à la santé mentale.

La majorité de nos répondants (50 %) pensent que les entreprises devraient s'appuyer davantage sur des modèles de travail flexibles et envisager des politiques telles que l'interdiction des e-mails et des réunions pendant les heures de travail non officielles, et 49 % souhaiteraient une meilleure communication avec leurs responsables pour contrôler la planification du temps et des tâches. 46 % souhaiteraient la mise en place de meilleurs programmes de reconnaissance des employés. 

Michael Page comprend l'importance de trouver la bonne adéquation entre l'employeur et l'employé, non seulement en fonction des compétences, de l'expérience et des aptitudes, mais aussi en s'assurant que la culture et la dynamique de travail conviennent aux deux parties. Si vous souhaitez parler à l'un de nos consultants experts de la façon dont nous pouvons vous aider à trouver le bon talent pour votre organisation, ou pour parler des résultats de notre dernière enquête, contactez-nous aujourd’hui.

Join over 80,000 readers!
Receive free advice to help give you a competitive edge in your career.